Marcellin
Tête de statue de l’empereur Dioclétien (284-305) - Musée archéologique d’Istanbul - Ph. G. D’all Orto, 2006 - https://commons.wikimedia.org/wiki/File%3AIstanbul_-_Museo_archeol._-_Diocleziano_(284-305_d.C.)_-_Foto_G._Dall'Orto_28-5-2006.jpg

© N. Calvez-Duigou

« Rien ne prouve qu’il existe une chose comme « la religion » dans l’abstrait. Ce qui existe, ce sont des représentations mentales, des actes de communication qui les rendent plus ou moins plausibles, et de très nombreuses inférences dans de très nombreux contextes » (Alain Boyer)

Novembre 2015

SAINT MARCELLIN

Goooooood morning believers !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Bonjour les gueurlz, et aussi les boyz !!!!!!!!!!!!!!!!

 

Le 26 avril est le 116ème jour de l'année du calendrier grégorien, le 117ème en cas d'année bissextile. Il reste 249 jours avant la fin de l'année. C’est aussi, pour les affreux païens révolutionnaires possédés du démon (forcément), le 6ème jour du mois de floréal dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de l’Ancolie. Et en cœur nous entonnons cet axiome bien connu qui sanctionne le lever du soleil le 6 floréal : « de quoi tu t'mêles, Ancolie ? ». Et surtout, le 26 avril, c'est la saint Marcellin.

Plutôt que de digresser derechef, plongeons illico sur l’incontournable dicton du jour :

 

A la saint Marcellin, t’en prends plein 'l’tarin.

 

Et c’est pas faux. Forcément, il y a le fromage, la ville, les saints et bienheureux, mais, le jour de la saint Marcellin, comme nous sommes en plein printemps, en pleines semailles, en plein épandage surtout, on en prend plein les naseaux. Ah, le fumet subtil de la fiente de poulet, de l’étron de porc, de la bouse bovine. Ahahahahah, le charme rural qui vous envahit le système olfactif et vous pique les narines lorsque les traitements se répandent sur les végétaux pour les préserver de tas d’insectes agressifs, de champignons graminivores et autres prédateurs. Il faut bien le dire, on crèvera peut-être d’un cancer du tube digestif ou des poumons, mais on ne sera bouffé-e-s ni par les insectes, ni par les champignons. Et toc !

Et le jour de la saint Marcellin, que vient-il faire dans ces considérations me demanderez-vous ? Rien de plus et rien de moins, en fait. C’est juste à cause de l’odeur d’un bon saint Marcellin fait comme il faut. Et en pensant à l’odeur, j’ai dérivé. C’était fatal.

Donc, on reprend sur saint Marcellin. Qui était-il ? Bonne question. Mais, vous demanderais-je à mon tour : lequel ?

Non, ce n’est pas celui qui est fêté le 6 avril, puisque ce jour est dédié au saint Marcellin de Carthage, mort en 413, martyrisé en Tunisie, et qu’on est vingt jours plus tard. Comme ça fait longtemps que je n’ai pas glosé sur les papes – dont les règnes et aventures diverses sont pour moi une source inépuisable de découverte sur les turpitudes humaines, la soif de pouvoir, la haine de l’autre et le gonflement de l’ego – je vais choisir le saint Marcellin qui fut le vingt-neuvième pape, de 296 à 304, date de son martyr. Encore un suicidaire. Et pape de surcroît. La religion, c’était déjà pas ce que c’était. Alors, imaginez aujourd’hui ce que c’est devenu.

Saint Marcellin, pape - Gravure de 1630 - Mackelvie Trust Collection, Auckland Art Gallery Toi o Tāmaki, bequest of Dr Walter Auburn, 1982  -https://commons.wikimedia.org/wiki/File%3AMarcellinus.jpg

L’avantage de Marcellin, le pape, celui qui est fêté le 26 avril on ne sait où, par rapport à bien d’autres, c’est qu’il nous donne au moins une date de début. Certes, celle de son pontificat. Mais c’est déjà ça. En même temps, il n’est pas né pape pour mourir à huit ans. Allez savoir à quel âge il a été nommé pape. Et en plus, il est mort martyr, donc, on imagine qu’il n’est pas mort dans son lit (en principe), calmement, comme tout un chacun qui n’est pas suicidaire et masochiste. Bref, encore un saint entouré de son mystère. Surtout à cette époque. Allez y trouver des registres paroissiaux ou d’état-civil.

 

Le gars Marcellin fut donc élu pape en 296. On ne sait même pas quel jour. Bravo les archivistes du Vatican !

Tout d’abord, ça roulait pour lui. La paix, la tranquillité, pas de remue ménage à l’horizon. Pourtant, depuis 284, l’empereur Dioclétien régnait. Un type un peu particulier, qui avait de grandes idées pour l’empire et un caractère… comme un caractère. C’était pas forcément un mauvais, mais il avait une haute opinion de sa fonction. Et puis, quand on est empereur, on est nécessairement entouré de jaloux, de conseillers plus ou moins avisés et tout ça quoi.

Cela étant, il faut quand même savoir que Dioclétien pourrait servir de modèle à n’importe quel gus un peu illuminé qui voudrait prendre le pouvoir quelque part (si ce n’est déjà fait) et a dû d’ailleurs en inspirer plus d’un. Ses changements de titulatures sont remarquables. Jugez plutôt :

 

Il naît sous le nom de Dioclès, un beau jour de 245. Quel beau jour ? Je n’en sais pas plus que vous. Mais ça pourrait nous servir d’indication pour la date de naissance de Marcellin après tout.

En 284, il (Dioclès, pas Marcellin) accède à l'Empire et s’intitule : Imperator Caesar Caius Aurelius Valerius Diocletianus Pius Felix Invictus Augustus. Un an plus tard, il ajoute à la liste les surnoms Germanicus Maximus Sarmaticus Maximus.

Mais ça ne devait pas suffire puisque en 286, il prend le surnom de Jovius : Imperator Caesar Caius Aurelius Valerius Diocletianus Pius Felix Invictus Augustus Germanicus Maximus Sarmaticus Maximus puis en 286 Imperator Caesar Caius Aurelius Valerius Diocletianus Pius Felix Invictus Augustus Germanicus Maximus Sarmaticus Maximus Jovius.

Pour une raison qui nous échappe totalement, il va rester un peu tranquille pendant neuf ans. Jusqu’en 295, où il reçoit le surnom de Persicus Maximus.

Deux ans plus tard, il reçoit les surnoms Britannicus Maximus Carpicus Maximus et, en 298, ceux de Armenicus Maximus Medicus Maximus Adiabenicus Maximus.

En 313, date de sa mort, il aligne la titulature de : Imperator Caesar Caius Aurelius Valerius Diocletianus Pius Felix Invictus Augustus Germanicus Maximus VII Sarmaticus Maximus IV Persicus Maximus II Britannicus Maximus Carpicus Maximus Armenicus Maximus Medicus Maximus Adiabenicus Maximus, Pontifex Maximus, Jovius, Tribuniciae Potestatis XXII, Consul X, Imperator XXI, Pater Patriae.

Rien que ça. En toute modestie. Vous imaginez sans peine combien c’était synthétique et rapide lors des présentations. On devait y passer au moins une demi-heure. Si les autres en avaient autant, le pire des discours lors des vœux de fin d’année voit ici sa durée d’ennui littéralement pulvérisée. Quant à la carte de visite… elle devait prendre de la place. Ou bien alors les caractères étaient aussi petits que les lignes du bas des polices d’assurances. Ce qui paraît douteux en cas d’ego surdimensionné.

 

Rien d’étonnant, vous en conviendrez, à ce qu’on assiste alors à une sacralisation du pouvoir : on appelle l’empereur seigneur, on lui baise le manteau (rite de l’adoration introduit en 291), il s’assied sur un trône richement orné, séparé du public par un rideau (remarquez, si l’empereur était difforme, ça pouvait se révéler pratique pour les sensibles).

N’ayant rien de mieux à faire sur le moment probablement, Dioclétien entre en guerre contre la Perse, en 297, et décide, dans la foulée, de persécuter les manichéens.

Afin de garder le rythme, pour une raison officielle de maintien de l’unité de l’empire et certainement un problème d’ego mal géré, un type qui n’a pas volé son nom, Galère, craignant la vengeance des dieux tutélaires (on se demande quelle vengeance et le pourquoi d’une telle vengeance), encourage Dioclétien à persécuter les chrétiens. Nous sommes (je veux dire ils sont) en 303. L’idée est de désorganiser les communautés chrétiennes et de leur rendre le culte impossible. C’est sans doute à cette époque que naît l’expression « se trouver dans la galère » ou « vivre une galère pas possible ».

Tête de Galère en porphyre, trouvée dans son palais de Romuliana (Gamzigrad) - Auteur : Shinjirod - https://commons.wikimedia.org/wiki/File%3ARomuliana_Galerius_head.jpg

Tête de Galère

ndlr : Attention, attention : il ne faut pas confondre la notion de « tête de galère » avec celle de proue d’une galère.

De la même façon, ce n’est pas parce que Galère, si l’on se fie a cette tête, n’a pas l’air commode, qu’il faut le confondre avec l’empereur du même nom qui lui a régné entre 161 et 192. Cela étant, ledit Commode portait mal son nom et son règne, dont on dit qu’il fut une vraie galère pour ses opposants, fut entrecoupé de quelques purges.

Il faut reconnaître qu’il est malcommode, parfois, d’éviter les erreurs, du coup… Quelle galère !

Facile, une méthode éprouvée et régulièrement appliquée depuis, est appliquée : Les églises et les livres sacrés sont brûlées (La bibliothèque de l’église romaine est intégralement détruite. C’est vous dire), les évêques sont emprisonnés, les chrétiens qui occupent des fonctions officielles sont radiés, les esclaves ne peuvent plus être affranchis, les repentis peuvent être libérés et la peine de mort est appliquée à tous ceux qui refusent les sacrifices aux dieux.

Pour plus d’efficacité, les crieurs publics des localités convoquent tous les habitants nominativement. Vas y résister dans le plus parfait anonymat après ça.

Une persécution qui durera jusqu’en 311 en Orient et un peu moins en Occident.

 

C’est là qu’intervient notre pape. Il ne vous a pas échappé que son pontificat se déroule pile poil dans le créneau temporel qu’il fallait impérativement éviter. C’est à ça qu’on reconnaît le masochiste suicidaire professionnel. Un an de calme, le temps de se mettre en jambes, et hop, en selle. 297, première alerte et 303, on plonge dans le jus.

 

Mais là, notre Marcellin est un peu décevant, il faut bien le reconnaître. Face à la menace, il se dégonfle lamentablement. D’aucun raconte même qu’il aurait cédé un moment.

Puis, le naturel revint à la surface et il se reprit, pour mourir martyr par fidélité à sa foi. Il fut tourmenté sur la voie Salarienne, au cimetière de Priscille et la persécution fut si grande qu’il n’y eut plus de pape quatre années durant. A quoi ça tient. On ne les sent pas très courageux sur ce coup là les successeurs. Sans doute un déficit de vocations masochistes. Ca arrive parfois, même dans les meilleures familles. La preuve.

Source : http://haititalkonline.com/forum/main-category/chez-castille/hagiographie…-protecteurs/12011-26-avril-notre-dame-du-bon-conseil-saint-marcellin-pape-et-martyr
Saint Marcellin, premier évêque d’Embrun - http://www.cassicia.com/FR/Vie-de-saint-Marcellin-premier-eveque-d-Embrun-Fete-le-20-avril-No_1292.htm

Marcellin d'Embrun

Catacombes de Priscille - http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_commissions/archeo/francese/documents/rc_com_archeo_doc_20011010_catacroma_fr.html

Catacombes de Priscille

Là où ça devient un peu plus compliqué, c’est qu’on trouve un autre Marcellin, tout aussi saint, mort également vers 303, mais lui, il était marié et avait un fils et des compagnons. Homonymie ? Sais pas. Pire encore, on trouve un Marcellin et un Pierre, martyrs à Rome en 304. Il semblerait que nous ayons eu là une période faste pour les Marcellin martyrs et donc saints. Plus tardivement, en 320, on en a un autre, doté de deux frères, Argée (on appelait argeos des figures faites de jonc, que les vierges vestales jetaient chaque année dans le Tibre) et Narcisse (un gars qui passait son temps à contempler son image dans l’eau ; bref, une histoire d’eau chez les frères). Plus poétique, on trouve aussi un Marcellin d’Embrun. Rien à voir avec les embruns que nous connaissons, puisqu’il s’agit d’Embrun dans les Alpes. Le gars était évêque (encore un) et il est mort en 374. Plus cool, il faisait des miracles de son vivant. C’est plus facile pour postuler à la sainteté ensuite, faut bien le reconnaître.

Au total, au moins neuf Marcellin ont été canonisés.

 

Je tiens à souligner que Dioclétien, de son côté, démissionna tranquillement, en 305. Comme quoi, ce n’était pas un dictateur ordinaire. Et il en est qui auraient dû en prendre de la graine.

Et le fromage dans tout ça ? allez-vous me demander. Ben ouiche. Qui est celui qui a inventé le fromage qui porte ce nom ?

 

Déjà, le fromage dudit nom n’est mentionné qu’au XVè siècle, à la table de Louis XI, et est alors fait de lait de chèvre. Sa période de dégustation optimale s'étale d'avril à septembre après un affinage de 4 semaines. Comme quoi, il y a un rapport avec avril déjà. De là à dire que c’est notre défunt pape Marcellin qui l’inventa… il n’y a qu’un pas que je ne franchirai pas du tout je dois le dire. Rien que l’idée me fatigue de toute façon. En plus, Saint-Marcellin, la ville du fromage, est dans le Vercors. Rien à voir avec le pape en question. Enfin, à priori. Bref, un pataquès encore. C’est pas tout de dédier un village à un nom de saint. Encore faut-il préciser de quel saint Marcellin il s’agit. Je ne suis pas une encyclopédie. Heureusement pour la science, tant pis pour la poilade. Mais bon, je vais faire un effort : c’est le saint Marcellin d’Embrun, mort le 13 avril 374 (et pour une fois on a une date. Chouette non ?). C'est fou ce que le mois d'avril fourmille de Marcellin tout de même !

Louis XI préside le chapitre de Saint-Michel Statuts de l'ordre de Saint-Michel, enluminure de Jean Fouquet, 1470 Paris, BnF, département des Manuscrits, Français 19819, fol. 1 - 1470 - https://commons.wikimedia.org/wiki/File%3ALouis_XI_pr%C3%A9side_le_chapitre_de_Saint-Michel.jpg

En fait, aujourd’hui, plus personne ne pense aux martyrs et autres saints certainement très méritants, lorsqu’on parle de saint Marcellin. Tout le monde pense au fromage, sans même savoir qu’au départ il était fait de lait de chèvre. Comme quoi, saint Marcellin n’est pas une affaire très claire, puisque le saint qu’on fête aujourd’hui n’est pas celui du fromage. Ce qui ne nous empêche pas de célébrer le fromage tous les jours.

 

Moralité : soleil brûlant à la saint Marcellin, fromage coulant sur ton pain.

 

Pour en finir avec notre saint du jour, il faut quand même préciser que le saint Marcellin de Carthage que nous devons fêter dignement, quelques jours avant le défunt pape et martyr, soit le 6 avril, était un pote à saint Augustin, autre Carthaginois bien connu, auteur de la Jérusalem céleste et qui fut canonisé malgré un début de vie peu recommandable (ce sont les pires lorsqu’ils se convertissent d’ailleurs). En même temps, les pédophiles ont bien été dotés d'un saint patron et protecteur en la personne de saint Jean-Paul II, grand copain de Maciel et autres prédateurs et dictateurs. On trouve de tout à la droite de certain dieu...

 

Donc Marcellin de Carthage était un homme marié, nommé tribun par Honorius, qui lui demanda de réunifier l’Eglise en Afrique du Nord. Figurez-vous qu’il fut confronté à une révolte au cours de laquelle il fut exécuté. Mais bon, sa mort aura servi quand même à quelque chose, côté chrétien en tout cas (mais qu’est-ce qui ne sert pas une religion…), puisque les révoltés, écrivent les hagiographes, rentrèrent en nombre dans le rang et revinrent vers l’Eglise.